Bonjour Julien, que fais-tu au LTCDN avec les juniors ?

Je suis très heureux d'être ici au Lawn Tennis Club pour regarder les stages des juniors sur gazon. Ils sont en train de préparer Wimbledon. Dans ma mission de Fed Cup, je suis un peu plus sur les filles mais en même temps je regarde les juniors garçons et j'échange avec les juniors garçons et j’échange avec les entraîneurs et tout le monde pour faire partager mon expérience sur gazon.

Quel est ton meilleur souvenir en tant que joueur ? 

C'est difficile d'en sortir un du lot. J'ai eu une longue carrière de presque 18 ans. Entre ma victoire à Roland Garros (en 2014 avec Edouard Roger-Vasselin), la victoire en Coupe Davis (en 2017 face à la Belgique) et la médaille Olympique (médaille de Bronze avec Richard Gasquet en double aux Jeux de Londres), ce sont les trois moments qui ressortent.

As-tu des regrets sur ta carrière ?

Je n'ai pas gagné de tournoi en simple et honnêtement j'ai donné tout ce que j'avais en finale à chaque fois donc non je n'ai pas de grand regret majeur. 

Quel est ton lien avec Wimbledon ? 

C'est un lien à part. C'est le temple du tennis. J'ai vécu de grands moments la bas comme mon 3ème tour face à Roger Federer sur le Center Court. J'y ai vécu de grands moments dans un lieu chargé d'histoire. C'est pour moi le plus grand tournoi. On a Roland Garros qui est fantastique mais pour moi Wimbledon reste un tout petit peu au dessus. C'est le tournoi le plus historique et le plus mythique.

Tes favoris pour Wimbledon ? 

Je ne vais pas être original mais il y a les 3. Nadal, si son physique et son genou tiennent, il va être très dangereux. Djokovic et Federer sont aussi grandissimes favoris. 

Et chez les femmes ?

Il y a beaucoup de prétendante. L'australienne Ashleigh Barty qui vient de gagner Roland Garros est capable de très bien évoluer sur gazon aussi. Serena Williams est toujours favorite lorsqu'elle se présente sur un tournoi. Les Pliskova, Kvitova peuvent très bien gagner aussi sur gazon. 

Le programme pour la finale de Fed Cup ?

Pour l'instant, la saison suit son cours, je vais passer quelques jours à Wimbledon pour voir un peu les filles mais plutôt de manière tranquille puisqu'on est assez loin de la finale. En revanche à l'Us Open, je vais me déplacer plus longtemps. Je vais pouvoir observer tout le monde plus attentivement, les françaises, les australiennes. Ensuite, il y a la fin de la saison qui va arriver. On est en train de caler le déroulement de la préparation de la finale (9-10 novembre à Perth) donc on a le temps de penser à tous ça.

Comment se passe la transition joueur / capitaine ?

J'essaye de faire en sorte qu'elle se déroule de la manière la plus fluide possible, la plus simple possible? J'ai eu la chance d'avoir cette continuité, de pouvoir enchaîner. C'est un autre rôle avec un autre regard. J'essaye vraiment de me servir de mon expérience de joueur sans pour autant trop réfléchir en tant que joueur parce qu'il faut passer à autre chose. En tout cas c'est beaucoup beaucoup de plaisir. Avec les filles on arrive à vivre de superbes moments et j'espère qu'il y aura encore de beaux moments devant nous. 

La nouvelle génération, tu en penses quoi?

Il y a des filles intéressantes, Elsa Jaquemot, Diane Parry, Aubane Droguet ou encore Selena Janicijevic. Je suis très agréablement surpris par le niveau global de jeu. Il y a Clara Burel aussi, qui est actuellement blessé mais qui a été championne du monde junior l'année dernière. Il faut faire en sorte qu'elles puissent aller le plus loin possible. En tout cas exploiter au maximum leur potentiel et puis on verra jusqu'où ça les mène. 


Retour à la liste des actualités
Mentions légales Powered by Image in France